Pourquoi l’immobilier attire autant pour les reconversions professionnelles ?

l'immobilier

Il est de plus en plus fréquent de rencontrer des jeunes comme des moins jeunes qui souhaitent effectuer une reconversion professionnelle. Si l’idée persiste, elle demeure cependant freinée par la peur du risque ou par les constantes mutations qui s’opèrent sur le marché du travail. C’est ainsi que l’entrepreneuriat devient une solution, notamment dans un secteur très prisé : celui de l’immobilier. Actuellement en pleine mutation grâce à l’impact des nouvelles technologies, le secteur immobilier attire de plus en plus d’investisseurs. Les raisons sont multiples.

Quels sont les avantages à se lancer dans le secteur immobilier pour sa reconversion professionnelle ?

immobilierLa profession d’agent immobilier ou l’ouverture d’une agence immobilière est devenue ces dernières années, fort convoitée par les candidats à la reconversion professionnelle. Plusieurs d’entre eux n’hésitent d’ailleurs pas à reprendre des études pour obtenir des certificats ou diplômes professionnels en qualité d’agents immobiliers.

Loin d’être un eldorado, exercer dans l’immobilier présente toutefois un certain nombre d’avantages qui dépendent eux-mêmes de la formule choisie par le postulant : l’option de la franchise immobilière ou l’option de l’exercice libre. À l’image de la franchise immobilière Keymex, la première option consiste à développer un réseau mettant en relation tous les acteurs du secteur immobilier tout en permettant à l’entrepreneur franchisé de bénéficier d’un suivi complet.

Quelles sont les tendances de l’investissement dans l’immobilier ?

Décider d’une reconversion professionnelle en qualité d’agent immobilier nécessite des compétences. Rien que le travail de prospection nécessite un minimum d’expertise, ou tout au moins d’un accompagnement avisé. C’est ce qui lui permet de mieux conseiller ses visiteurs ou clients. Il doit être un bon négociateur, un bon administrateur, et doit avoir de solides connaissances juridiques, commerciales et techniques, ainsi qu’un sens aigu de la psychologie pour mener à bien les négociations. Toutes ces exigences font que les non-initiés ont du mal à se propulser sur ce marché.

Le secteur de l’immobilier ne profite donc qu’à ceux qui s’y préparent. L’aspirant à la reconversion professionnelle dans l’immobilier qui fait le choix d’un exercice libre, c’est-à-dire d’une agence immobilière indépendante, a donc l’avantage d’être totalement libre dans ses choix managériaux et de positionnement. Mais l’inconvénient est de pénétrer dans un marché hautement concurrentiel où les acteurs avec peu d’expérience ou d’expertise peuvent facilement faire faillite.

Les agences immobilières indépendantes sont d’ailleurs en majorité de petites structures gérées par leur seul chef. Et ces dernières années, de nombreuses agences indépendantes ont dû déposer leurs bilans. Leur nombre serait estimé à près de 3 000 en 2012 (plus de détails sur Immoz).

Quel régime choisir pour son entreprise immobilière ?

Une reconversion professionnelle dans l’immobilier se décide donc entre le régime de la franchise et celui libéral. Les experts recommandent d’opter pour la franchise. Elle a l’avantage d’être ouverte non seulement aux candidats diplômés ou déjà expérimentés, mais aussi à ceux qui sont sans expérience professionnelle réelle dans le secteur immobilier.

La franchise immobilière est un accord par lequel une entreprise immobilière ayant développé un large réseau accorde à une autre le droit de proposer ses services immobiliers, ses prestations et son nom, en échange d’une compensation financière directe ou indirecte dont les conditions sont enregistrées dans un contrat de franchise.

Dans l’hypothèse d’une reconversion professionnelle portée sur le choix de la franchise immobilière, nul n’est besoin de rappeler qu’il faut savoir choisir son franchiseur en fonction de plusieurs facteurs comme la notoriété ou le chiffre d’affaires, la taille du réseau, etc. C’est ce qui garantit la rentabilité de la franchise et permet au franchisé d’élargir ses activités et son entreprise dont il reste le propriétaire du fonds de commerce.